Backlinks SEO : 7 raisons de se méfier

Backlinks SEO : 7 raisons de se méfier

Vous vous demandez ce qui fait qu’un lien externe est bénéfique ou dangereux pour votre SEO ? Tour d’horizon des pratiques à éviter pour ne pas risquer de ruiner votre stratégie de référencement !

Backlinks, les dangers du link building SEO en 2015

L’année a été dure pour le net-linking. Grâce en partie à John Mueller, directeur du SEO chez Google, qui a dit que « le link building (établissement manuel d’un maillage de liens pointant vers son site mais provenant de sites tiers) était généralement une stratégie à éviter ». Depuis, de nombreux référenceurs ont abandonné cette pratique.

En particulier, ils ont été nombreux à évoluer vers un modèle impliquant la création, l’indexation et la promotion par le biais de contenus originaux recherchés ; l’idée étant d’attirer la génération naturelle de liens « gagnés » sans avoir recours à la moindre construction manuelle de liens externes.

Chez Traffic Makers aussi, nous privilégions cette approche. Elle est sûre, paraît « naturelle » et peut vous faire gagner des dizaines de liens si le contenu est suffisamment attractif. Nous pensons qu’il reste encore une place pour la génération manuelle de backlinks, à partir du moment où l’on se concentre sur l’apport de contenu à valeur ajoutée.

Alors, qu’est-ce qui différencie un bon lien d’un mauvais lien aux yeux de Google ? Comment pouvez-vous être certain qu’un lien construit à la main ne va pas au final entraîner une pénalité de Google et ainsi nuire à votre référencement ?

Si vous arrivez à éviter l’un des 7 cas de figure suivants, vos liens devraient ne pas être toxiques.

1. Le domaine a un faible indice d’« authority »

L’ « authority », un terme assez difficile à traduire en français. Il reflète la pertinence d’un site sur son secteur. Si un site a beaucoup d’« authority », cela veut dire qu’il sera considéré aux yeux de Google comme une référence, un expert dans son domaine. Cet indice se matérialise chez Google par deux indicateurs maison : le Page Rank et le Trust Rank.

Plus un lien provient d’un site à fort potentiel d’« authority », plus il vous fournira de Page Rank, c’est à dire qu’il confèrera une partie de son « authority » au destinataire du lien. En clair, mieux vaut être cité par un expert que par un inconnu.

Si en revanche, vous obtenez des liens d’un site qui jouit d’une mauvaise réputation, il peut au mieux vous transférer un Page Rank nul et au pire nuire à votre référencement.

Globalement, à moins que vous ne récupériez des liens depuis des sites considérés comme « SPAM » ou depuis des sites déjà blacklistés par Google, le risque est modéré. Encore faut-il avoir l’info !

De plus, avoir un lien isolé depuis ce genre de sites n’est pas très risqué, c’est souvent la multiplication de ce type de liens toxiques qui entraine les risques de pénalités.

Ce qu’il faut retenir, c’est que le mieux est de chercher à être cité par des domaines considérés comme fiables sur les sujets qu’ils traitent.

2. Les backlinks pointent vers une source hors contexte

Les algorithmes modernes de Google font la part belle au contexte. Il ne suffit pas de bénéficier de liens provenant de sites de qualité, encore faut-il que ceux-ci pointent vers des contenus en relation avec la thématique du site qui vous confère le lien.

Par exemple, si vous êtes un assureur et que votre site reçoit des liens depuis un site qualitatif spécialisé dans les recettes de cuisine, il est peu probable que vous en tiriez des bénéfices pour votre référencement.

3. Trop de liens pointent sur votre site depuis le même domaine

Même si l’on considère qu’il est bon de recevoir beaucoup de liens externes sur son site, la qualité prime sur la quantité. Il faut bien penser à diversifier les sources. Trop de liens provenant tous des mêmes sites risque de devenir suspect aux yeux de Google.

En fait, Google apprécie de voir un maximum de liens pointant sur votre site, depuis des sources multiples et variées, toujours dans votre thématique. Quoiqu’il en soit, plus vous avez de liens depuis le même site web, plus la quantité de Page Rank apportée par chaque lien va diminuer.

4. Les liens sont réciproques

Si vous avez une connaissance qui possède lui aussi un site web, il est tentant de procéder à des échanges de liens réciproques, pour que chacun apporte à l’autre du Page Rank.

Malheureusement, cela peut conduire à l’inverse : une dégradation du référencement des deux sites. Google est bien conscient de cette pratique, qui n’est pas « naturelle » à ses yeux. Là encore, un seul lien réciproque n’est pas très risqué mais une stratégie consistant à multiplier le linking entre les deux mêmes domaines va sembler suspect. La pratique reste donc risquée, à éviter.

Encore une fois, essayez de diversifier les sources de liens.

5. Le lien est intégré à une ancre étrangement bien optimisée

Il y a peu de temps encore, les mots-clés d’ancre de liens externes étaient très importants dans une stratégie SEO ; là encore, il y a eu de nombreux abus de référenceurs peu scrupuleux. Il suffisait de s’arranger pour que des liens pointant vers son site contiennent les mots-clés que vous cherchez à optimiser et vous obteniez des résultats rapidement. Aujourd’hui, en procédant ainsi, vous aurez peu de chances d’arriver à vos fins.

En fait aujourd’hui, c’est la meilleure façon de se voir sanctionné par une pénalité manuelle de Google, ce qui est un des pires cas de figure car ce type de pénalité est long et compliqué à lever (parfois c’est même impossible).

Optimiser ses ancres de liens externes est une pratique si hasardeuse que nous ne vous recommandons tout simplement pas de vous y frotter.

6. Le lien est isolé de tout contenu significatif

Un lien isolé de tout contexte ne paraît pas naturel, que celui-ci apparaisse dans une zone de contenu éditorial, un commentaire de blog, ou encore un post sur un forum etc…

Pour acquérir de la valeur, un lien doit toujours être accompagné de contexte sémantique en rapport avec la cible du lien. Le mieux est de l’inclure au sein d’un post, commentaire, article… détaillé et contenant une vraie valeur ajoutée en terme d’information. Parfois, vous pourrez avoir recours au « guest blogging », qui vous permet de poster des articles directement sur des blogs gérés par des tiers. Ce canal reste à ce jour très efficace et à priori sans risque mais les informations sont souvent contradictoires à ce sujet et susceptibles d’évoluer, au gré des mises à jour des guidelines de GooglE;

7. Votre lien fait partie d’un réseau de liens

Ces réseaux de backlinks (qu’on appelle parfois « link wheel », « blogroll » ou « pyramide de liens ») ont vu le jour essentiellement à des fins d’optimisation SEO, à l’époque où Google n’était pas aussi regardant sur les bonnes pratiques. Ces fameuses « fermes de liens », qui vous proposent de vous référencer moyennant finance avaient alors la cote. Il faut savoir que cette pratique constitue selon Google « une violation de ses conditions d’utilisation », ni plus ni moins.

Si vous êtes pris la main dans le sac à insérer vos liens manuellement dans ce type de réseaux, vous ne risquez pas seulement une pénalité mais pire encore : une désindexation pure et simple. C’est de loin le pire des cas de figure. Introuvable sur les moteurs de recherche, votre site perd alors une valeur considérable…

Conclusion

La meilleure pratique est de régulièrement passer au peigne fin l’ensemble des liens pointant vers votre site et de vous assurer qu’aucun d’entre eux n’appartient à une de ces sept caractéristiques. De nombreux outils vous permettent de le faire, tels qu’Ahref, Majestic ou encore SEMRush.

En cas de doute, retirez le lien. Il vaut mille fois mieux vous passer de celui-ci que de le laisser risquer de nuire au référencement de votre site.

Source : adapté de l’anglais depuis http://searchengineland.com/7-characteristics-can-make-link-bad-seo-237477?.